Véhicule électrique Renault Zoé sur la route des vacances
Pédagogie

Témoignage : voyager loin en véhicule électrique à petite autonomie, c’est possible !

Si la théorie est utile pour s’approprier les bases de la recharge en voiture électrique, rien ne vaut l’expérience du terrain acquise parfois au prix de leçons… marquantes. Chargemap propose de partager avec vous les expériences de conducteurs qui n’ont pas froid aux yeux et qui n’hésitent pas à dépasser les bornes, même avec des modèles de voitures aux autonomies limitées. Nous débutons cette série avec le témoignage de Joëlle, pionnière du véhicule électrique… et modératrice de vos contributions chez Chargemap.

 

Le véhicule électrique: un confort inégalé

Joëlle fait partie des pionnières de la conduite électrique. Son périple commence en 2015 à bord d’un véhicule à prolongateur d’autonomie : le Ampera. “À l’époque, l’électrique me tentait mais je me déplaçais beaucoup et il n’y avait pas autant de bornes qu’aujourd’hui.” se rappelle-t-elle. “Avoir la possibilité de basculer en thermique m’a rassuré au début.

Fin prête à basculer sur un modèle 100% électrique, Joëlle a eu l’occasion de rouler en Tesla Model S 70D, en Peugeot Ion et roule aujourd’hui en Renault Zoé ZE. “On prend vite goût au confort et au silence de la conduite électrique. Impossible de revenir en arrière pour moi.” assure Joëlle. 


Première expérience : traverser la France en hiver

J’ai dû aller récupérer ma Peugeot Ion à Chauvigny près de Poitiers”. Le moins que l’on puisse dire est que cette première expérience en hiver avec un VE à petite autonomie a permis à Joëlle de faire ses armes. Elle se souvient : “C’était en février 2016, la voiture avait environ 80 km d’autonomie. Après quelques sueurs froides, j’ai réussi mon pari de ramener le véhicule jusqu’à chez moi dans le Grand Est, même s’il m’a fallu deux jours !”.


De nombreux voyages en Renault Zoé

Joëlle roule depuis 2017 exclusivement en Renault Zoé (première génération, moteur continental Q210). Côté autonomie, les premières générations de Zoé étaient loin d’égaler les performances d’une Zoé actuelle. “Dans des conditions météo optimales et en adoptant une éco-conduite rigoureuse, je peux atteindre 190 kilomètres d’autonomie. En hiver, il faut plutôt tabler sur 110 kilomètres.

Pour Joëlle, l’autonomie n’est pas un frein : “Je n’ai pas peur de partir en escapade à l’autre bout de la France ou dans les pays voisins (Allemagne, Autriche, Suisse) pour les vacances.” Elle estime qu’à partir du moment où l’on est bien préparé et que l’on connaît les caractéristiques de recharge de son véhicule, c’est possible.

Elle se souvient de son plus gros périple : “Je suis partie en Vendée, puis je suis passée par Aveyron et Paris avant de rentrer dans l’Est. Tout ça en un séjour de 3-4 jours.


La clé, c’est la préparation du trajet

Pour éviter le maximum de mauvaises surprises durant un long trajet en véhicule électrique à faible autonomie, mieux vaut partir bien préparé. 

Éviter les autoroutes

J’exclus systématiquement l’autoroute. La consommation est bien trop élevée pour ma Zoé. Je passe par le réseau national et départemental uniquement.” assure Joëlle. 

Bien sélectionner ses arrêts-recharge

Pour repérer les bornes le long du trajet, j’utilise Chargemap. C’est pour moi très utile pour trouver les bornes des différents opérateurs. Et je ne dis pas ça car j’y travaille !” affirme Joëlle. “Je filtre ma recherche en fonction de la puissance de bornes qui convient à mon véhicule (18 ou 43 kW) et je n’affiche que celles ouvertes 24h/24. J’exclus donc les concessions, mais je m’ouvre à un maximum de réseaux pour avoir du choix.” 

Joëlle consulte ensuite les fiches détaillées des stations de recharge sur l’application Chargemap et vérifie les commentaires laissés par d’autres membres de la communauté. Une fois ses bornes favorites sélectionnées, il ne lui reste plus qu’à transférer les coordonnées GPS sur son ordinateur de bord au moment de prendre la route.


On fait quoi pendant que le véhicule recharge ? 

C’est une question qui revient très souvent et un argument rédhibitoire pour les conducteurs de véhicules thermiques qui comparent le temps de recharge à celui d’un plein d’essence. 

La Zoé de Joëlle peut recharger jusqu’à 43kW en AC (très rare aujourd’hui) en 30 min et à 22kW en environ 1 heure. Selon elle, ce temps peut facilement être optimisé. “Le temps de faire un check-in, poster un commentaire/photo sur Chargemap, vérifier le prochain arrêt et le transférer sur le GPS, une bonne partie du temps de recharge est passé.” 

Si le temps de recharge est un peu plus long, c’est l’occasion d’aller se restaurer (et d’effectuer une pause pipi) ou d’explorer les environs si la borne se situe dans un petit village. 


Changer sa manière de conduire et de voir la route

Il est nécessaire de changer son rapport à la route quand on passe à l’électrique.” dit Joëlle avec conviction. “Lorsque je roulais en thermique, je ne voulais pas perdre de temps. Depuis que je roule en véhicule électrique, je considère la route comme une partie du voyage. J’ai découvert de nouveaux paysages, de nouveaux endroits où je ne me serais jamais arrêtée.” poursuit-elle.

Bien sûr, Joëlle a conscience que sa situation est privilégiée. Par exemple, voyager en famille en véhicule électrique à faible autonomie présente des contraintes qu’il convient d’évaluer avant de partir.

Je voyage seule. Mon autonomie me suffit donc amplement.


Derniers conseils

Prévoir un plan B (et C) !

Joëlle conseille de toujours s’arrêter là où il y a d’autres bornes dans un rayon de 10-15km. “Si une borne me plaît mais qu’elle est isolée, je ne vais pas m’y rendre. Même s’il faut faire un détour, je préfère m’assurer qu’il y a un groupe de bornes aux alentours, au cas où.

Elle rappelle également : “Il ne faut pas attendre d’avoir 5% d’autonomie pour se recharger mais conserver 15% minimum en arrivant à la borne au cas où elle ne fonctionnerait pas... Cela laisse assez de marge pour se rabattre sur une autre borne à proximité”.

Lever le pied

Selon Joëlle, le meilleur conseil à donner à quelqu’un qui veut voyager avec un véhicule électrique à petite autonomie, c’est d’éviter l’autoroute et de prendre son temps. “Il faut garder en tête que le trajet prendra deux fois plus de temps.” rappelle-t-elle. “Bien préparé et avec un bon état d’esprit, le défi est accessible.



Nous espérons que ce témoignage a pu rassurer les conducteurs qui n’ont pas la chance – ou la volonté – de rouler dans des modèles à grande autonomie, et pourra peut-être les aider à sauter le pas des longs voyages en voiture électrique.

Comme Joëlle, vous avez des astuces pour rouler loin avec votre véhicule électrique à petite autonomie ? Laissez-nous un petit commentaire 😉

S’abonner
Notifier de
guest
27 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Philippe
Philippe
15 janvier 2021 17 h 34 min

Effectivement j’ai pu expérimenter moi aussi un long voyage en VE. j’ai ramené ma E-Golf 2ème génération de Lyon vers Nice. Pour cela j’avais prévu large, histoire de ne pas stresser pour mon premier long trajet et garder du plaisir à découvrir cette superbe auto. J’avais prévu une nuit à Orange et le premier tronçon Lyon Orange s’est passé sans encombre en prenant l’autoroute. Deux charges pour être tranquille sur Ionnity (cher mais très efficace et tout neuf !). Le 2ème jour a été plus sportif : pas de bornes enter Mornes les Avignon et Vidauban, dans le Var. Ni sur l’autoroute (Corridor fermé ! à ni sur la nationale. je me suis donc arrêté à Aix, en ville et par trouille de tomber en panne je me suis connecté à une borne lente. résultat en 1h30 j’ai récupéré… 10 kilomètres ! une catastrophe. Résultat j’ai baissé mes exigences sur le choix des bornes avec l’application Chargemap et j’ai pu m’arrêter sur une borne à Brignoles dans le var où j’ai pu recharger en 3h30 ma Golf. A l’aire de Vidauban, toujours sur l’autoroute on trouve 5 bornes Ionity pour 10 Tesla. Si l’on veut favoriser la mobilité verte, il va falloir faire un gros effort sur les implantations des bornes et également sur le réseau secondaire. Des bornes style Ionnity sur les nationales permettraient d’allier économie de consommation et rapidité de charge pour arriver à bon port.
Merci en tout pour l’efficacité de l’application et de la carte.
Jaco

christophe daeschler
christophe daeschler
15 janvier 2021 18 h 02 min

Bonjour nous venons d’acquerir une 2008 tres bien j’ai un cable recharge merci de me dire il est mieux d’avoir un cable p2 triphasé ou mono pour recharge sur des stations charge map merci

Dernières modifications 6 mois il y a par christophe daeschler
PaRadis
PaRadis
15 janvier 2021 18 h 06 min

Bravo Joëlle, jusqu’à 190 km d’autonomie avec une Q210, c’est excellent ! S’agit-il de trajets péri/urbains ?

Feneck91
Feneck91
15 janvier 2021 18 h 58 min
En réponse à  PaRadis

Tout dépend de comment on conduit, du profil de la route, du vent (dans le dos c’est mieux), de la vitesse, du style de conduite.
Mon record avec une Q210 upgrade 41 kWh => 200 km de trajet et il restait 184,6 km d’autonomie (10.1 kWh / 100 km de consommation moyenne).
Et Caradisiac a fait encore mieux avec 564,9 km (8,6 kWh / 100 km de consommation).

Et le moteur Q est un moteur qui charge vite mais qui est gourmand, en tout cas qui consomme plus que le moteur R (Renault).

Feneck91
Feneck91
15 janvier 2021 18 h 52 min

J’ai eu la chance de rencontrer Joëlle chez Pixel.
Je me reconnais assez bien dans ces différents périples. Le pire que j’ai fais (en Zoé Q210 moi aussi) c’est d’aller de l’Essonne à Lille avec femme, deux enfants et le chat. Deux charge et tout s’est bien passé, a l’aller comme au retour. Le plus compliqué a été d’aller de Lille a Bruges pourtant bien moins éloigné mais le manque de bornes en Belgique (en tout cas sur ce tronçon) et le fait que les données ChargeMap n’était hélas pas à jour (bornes HS depuis des lustres lorsque je suis arrivé sur les bornes sans que les utilisateurs ne remontent le problème via l’application).

Ensuite, sur un trajet de 200 km que j’ai fais souvent (dont 100 km d’autoroute) il me fallait une charge à mis parcours. Temps moyen 3h30 mais quand tout se passe mal (borne HS à mi parcours (vérifié avant le début du trajet, merci ChargeMap), une borne au 1/3 de parcours (donc pas vraiment efficace) puis une borne qui disjoncte au 2/3 du parcours et une borne mal référencée (3.2 kW au lieu de 22 kW) et cette fois j’ai mis 6h00 sur ce même parcours (avec encore toute la famille et le chat).

Je suis maintenant passé à 41 kWh (upgrade) toujours avec la même Zoé, c’est largement plus confortable et même si je continue de m’aventurer au delà de l’autonomie, c’est plus simple de gérer son parcours et ses charges.

Par contre là où je ne suis pas d’accord c’est pour les autoroutes. Si on a de la marge on peu rouler plus vite et si on a de long parcours, même a 90 km/h on gagne du temps (pas de traversée de ville, de rond pont, etc). Par contre, prévoir de sortir de l’autoroute pour charger, les autoroutes ne sont pas encore bien pourvues de bornes surtout depuis l’arrêt du réseau Corri-dor…

Merci pour ce témoignage mais peu de gens sont prêts à sacrifier du temps sur les longs parcours, pour beaucoup c’est la limite du VE. Et même beaucoup de gens en VE ne s’aventurent pas au delà de l’autonomie et restent en ville, d’ailleurs c’est rabâché par tous les magazine auto : les VE sont des voitures de ville !
Même si les mentalités sont en train d’évoluer.

Christophe
Christophe
15 janvier 2021 18 h 58 min

Ma seule expérience au long court avec ma e208 est d’être allé à Auxerre depuis l’Eure et Loir …. 240 Km !
110 km/h Max sur l’A6 et quelques bouchons pour quitter la région parisienne et Ca l’a fait . Il restait 40 km à l’arrivée . Rien de trop .
le retour a été plus compliqué, 10 h de recharge sur une borne ne délivrant que 18km par heure de recharge m’ont contraint de m’arrêter Chez des amis pour la nuit .
le voyage électrique c’est encore l’aventure .

Feneck91
Feneck91
15 janvier 2021 19 h 02 min
En réponse à  Christophe

Et encore on est en 2021 ! En 2013 on n’ose pas imaginer !
240 ça passe tranquille avec une e208 !
Avec ma Q90 et donc une batterie de 41 kWh je fais 240 km (avec une marge de 9 km à l’arrivée) en roulant 100 km sur autoroute a 110 km/h et quelques pointes à 130 km/h selon la marge que j’ai… Le tout c’est de gérer.

Claudine
Claudine
15 janvier 2021 19 h 27 min

Le souci que je rencontre le plus souvent ce n’est pas le nombre de bornes, mais l’incroyable complexité des modes de fonctionnement pour activer ces bornes… il faut parfois une application (dans le Calvados), parfois réserver sa place (dans les Ardennes), ou bien devoir recevoir un code de charge par mail (je promets j’invente rien) etc etc
Sans compter les bornes en panne (réseau Corri-Dor sur autoroute hors d’usage depuis des années, le gag), celles squattées par les thermiques etc

Je serai tout à fait sereine le jour où on pourra se charger comme on fait le plein : présenter sa carte bleue, se brancher, charger et basta. C’est d’ailleurs déjà le cas dans l’Eure (bornes SIEGE27). Ah ! et aussi quand on trouvera des bornes dans toutes les stations services (même pas forcément des bornes hyper rapides, mais au moins de quoi récupérer un peu d’autonomie le temps d’un café) …

Pauline
Pauline
16 janvier 2021 21 h 07 min
En réponse à  Claudine

Tout à fait d’accord avec vous. je voyage beaucoup avec ma ZOE (Bretagne – Cantal – region parisienne ) et le véritable défit c’est de démarrer la charge. Chargemap aide bien, mais se n’est pas suffisant, surtout dans le cas ou le badge ne marche plus (ça m’est arrivée). Vivement que l’on puisse payer facilement sur toutes les bornes avec une carte bleu (avec surtaxe pourquoi pas). Contente de savoir que c’est le cas dans l’Eure. Les trajet seront alors plus tranquille. Je conseil aussi les borne LIDL gratuites qui fonctionnent très bien car justement il n’y a pas besoin de badge !!!

Gallet Émilien
Gallet Émilien
15 janvier 2021 21 h 11 min

Bien regarde la topologie de la route. C’est a dire si il y a des col a gravir (Je suis dans une région à cols ^^ ) Quand est-ce que l’on peux profiter de descentes et profiter du « free-charging ».

Philippe DRUON
Philippe DRUON
17 janvier 2021 18 h 57 min

Il y a une certaine jouissance doublée d’anxiété à voyager en VE. Jouissance car chacun sait que l’électrique c’est le confort et la sécurité. L’anxiété parce que partir pour plus de 200 kms ça se prépare.
Mon véhicule : ZOE 40, moteur R, modèle 2018, 72000 kms. Autonomie entre 330 et 200 kms selon conduite, vitesse et conditions climatiques.
Mes « longs trajets » : ARRAS – POITIERS (x2), ARRAS-BUIS LES BARONNIES (Drôme provençale avec nuit à Lyon), ARRAS-CHÂTELLERAULT, ARRAS-BESANçON (x2), ARRAS-ISSOIRE. En réalité il faut ajouter 16 kms à tous ces trajets car j’habite au delà d’ARRAS.
Mes observations :

  • On ne voyage pas en VE comme on voyage en thermique
  • L’autoroute : à fuir, pour l’instant, tant qu’ils n’auront pas remis les 22kw en fonction (réseau CORRIDOR !)
  • Un long trajet en VE ça se prépare, notamment pour la pose recharge du midi. On a le temps de voir du pays, de manger local de visiter des régions, loin de l’autoroute. Et les bornes dans les centres historiques c’est quand même bien ! Merci aux élus qui l’ont compris.
  • Se charger c’est bien, mais quelquefois, retirer sa prise c’est dur : à NEVERS, la prise était bloquée : j’ai du passer par la police qui a joint le Conseil Départemental qui a joint son service bâtiment qui a joint l’opérateur SIEEN (soi-disant) d’astreinte ! 1h50 perdue planté dans un parking glauque parce que l’astreinte ne fait pas son boulot. J’ai fait des remarques écrites à la mairie de NEVERS : jamais répondu ! Dommage pour la ville : je ne suis pas près d’y retourner…
  • Bien sûr, il manque de l’harmonie entre les réseaux mais la compétence électrique a été confiée aux départements. Donc 99 situations différentes ! C
  • Certains sont plus dynamiques que d’autres. Ils ont peut-être compris qu’il y avait gros à gagner. Bravo à ceux qui localisent les bornes à côté de l’office de tourisme (bien vu) ou à côté d’un café-restaurant-boulangerie…
  • J’ai une trentaine de cartes dans mon porte badges VE ! Quand CHARGEMAP activera toutes les bornes VE ce sera parfait ! Mais attention à la lisibilité des prix.
  • Je redoute les emplacements VE occupés par les hybrides, surtout dans le cas de bornes de recharges gratuites.
  • On veut pas du gratuit: on veut des bornes qui fonctionnent (aussi bien que celles, plus compliquées, qui servent du fuel) et bien localisées ! (bravo à Vitry-le-François, Autun (énergie solaire devant la gare), Moulins, Chartres, Troyes, Melun) Bonnet d’âne pour Lille, Reims et encore beaucoup d’autres mais restons positifs.
  • Je descends dans quelques mois d’ARRAS à TOULON : je vous raconterai !
Philippe
Philippe
18 janvier 2021 11 h 52 min
En réponse à  Philippe DRUON

Philippe,
ayant fait Lyon-Nice : attention à la partie après Orange. En l’absence du réseau Corri-door, les bornes sur autoroute sont assez éloignées. Celles du centre d’Aix sont à éviter sont très lentes. PAr contre je conseille la borne du centre ville de Brignoles, charge en 3h30 pour ma E-Golf.

Doc tsb
Doc tsb
24 janvier 2021 14 h 08 min

Arrêtez de rêver !
Propriétaire de 3 VE dont 2 « petites autonomies » e-up et e-golf, pour les longs parcours, c’est galère ! Sur Bordeaux, les véhicules occupent les places de charges gratuites toute la journée. Les bornes payantes sont hors service 1 fois sur 3 : réseau ionity, réseau loterie.
Pour les longs parcours, Portugal, Belgique j’utilise uniquement ma tesla modèle 3 long range : réseau tesla, là où tu veux tu vas!
Le réseau de recharge tesla est optimisé : si vous dépassez votre temps de charge de 30 minutes vous payez! Sur les autres réseaux de charge, vous occupez la place « gratuite » toute la journée, merci l’individualisme. Le réseau français a 20 ans de retard, c’est vraiment dommage.

Doc Thierry Supervielle-Brouquès
Doc Thierry Supervielle-Brouquès
24 janvier 2021 14 h 29 min

Trop de bornes (ionique et autres réseaux ) squattées par des véhicules électriques…. qui ne se chargent pas ou qui sont déjà à 100% depuis des heures!
Sauf sur le réseau tesla sur lequel vous payez 0,80 centime d’euro la minute supplémentaire au delà de 30 minutes une fois votre charge terminée. Donc toujours des chargeurs disponibles!!!
A bon entendeur …
Et votre voyage sera d’autant plus agréable. Bon voyage à tous et à toutes

Jean-Luc GREGORIADES
Jean-Luc GREGORIADES
26 janvier 2021 18 h 43 min

Bonjour à tous,
Serait-il possible de fabriquer ou se faire fabriquer un câble qui permettrait de dépanner une voiture électrique en panne « sèche » à une autre voiture électrique dont la batterie serait bien chargée (juste pour atteindre la borne la plus proche). Je sais que ce problème n’est aussi pas simple qu’il en a l’air…
Je pense aux prises combo/type2 dont le transfert d’énergie se fait en courant continu…
Si vous avez une idée sur la faisabilité, je serais heureux de vous lire.

AUGE patrick
AUGE patrick
27 janvier 2021 9 h 09 min

Dans les 2 exemples de Joëlle, sa voiture avait tout de même l’avantage de posséder une charge rapide DC pour la ion, et une recharge en 43kW AC pour la Zoé.
L’expérience est plus complexe, quand votre véhicule a une puissance de charge limitée à 3,6kW ou 7kW, avec aucune possibilité de recharge en DC. Néanmoins l’expérience reste intéressante à de nombreux points de vue, le temps de trajet est bien sûr rallongé pour tenir compte du temps de charge supplémentaire. Chargemap est bien sûr pour ce type de trajet une application indispensable, pour tenir compte des infrastructures hors service, ou défaillante. Nul besoin d’avoir un véhicule avec une grosse batterie, ou un véhicule acceptant la recharge en 100kW pour envisager des grands trajets supérieurs à 500kms !

Hugues
Hugues
28 janvier 2021 10 h 47 min

Bonjour,

Mon trajet le plus long a été de 2100km environ à l’été 2019 avec une Zoé 41kWh. Paris-Niort-Montélimar-Paris en passant par le Limousin et le Massif Central, avec ma fille, 13 ans à l’époque qui faisait office (avec délice) de co-pilote.

Uniquement de la petite route, beaucoup d’arrêts, beaucoup de planification avec comme vous dites un plan A, B et même C sur une feuille A4 tous les jours, mais un excellent souvenir et de bons moments partagés, en gîtes, hôtels, restaurants, picnics etc. Magnifiques paysages (le passage du col du mont Gerbier-de-Jonc, source de la Loire) des dizaines heures d’écoute de France-Musique et de conversations.

Il ne faut pas être pressé, la vitesse moyenne sur un trajet long en tenant compte des arrêts forcés est de l’ordre de 50km/h. Il y a des bornes gratuites ou peu chères en bon état dans beaucoup de villages. D’habitude je déteste conduire et encore plus les trajets longs, mais là c’était une autre expérience, un peu un road-movie en vrai.

Je suis aussi allé en Allemagne en Zoé (étonnamment, c’est plus difficile de trouver des bornes gratuites là-bas) et j’ai fait des longs trajets Paris-Grenoble par exemple sans souci.

Cet été j’ai failli faire Paris-Pau-Paris en électrique cet été mais tout seul dans la voiture, avec des contraintes de temps plus strictes, je l’ai finalement fait en véhicule thermique.

Avanzini
Avanzini
27 avril 2021 8 h 33 min

Suite à deux tentatives de charges à Villeneuve tolosane près de Toulouse j’appelle le numéro sur la borne la perssone me dit borne en panne mes surprise deux prélèvements de 3 euros

Ne ratez rien de l’actualité Chargemap,

Newsletter :

Réseaux sociaux :